D'abord, quelques news...

Daniel Balavoine, 30 ans déjà…

Je suis vraiment très très en retard pour célébrer l’anniversaire de la mort de Daniel Balavoine, le 14 janvier 1986, mais j’y tenais. Lire la suite

Umberto Eco

Un grand nom de la littérature nous a quittés ce week-end.
Il fait partie des quelques et rares personnalités dont le départ peut me toucher. Lire la suite

L’histoire d’un texte

En 2008, j’ai écrit une nouvelle mettant en scène un attentat commis par un réfugié. Je ne pensais pas alors que la réalité rattraperait la fiction… Lire la suite

Une histoire de famille

Salih a grandi sans son père. ce dernier a été arrêté alors qu’il n’avait que cinq ans et n’est jamais réapparu. Il nous raconte dans ce passage l’histoire de sa famille depuis 1948. Lire la suite

Sur les toits

Malgré son appréhension et ses difficultés, Salih suit sa voisine Ilham une nouvelle fois sur les toits. Lire la suite

Stephen King

Inutile de le présenter. Stephen King est mondialement connu comme le maitre de la littérature fantastique. Lire la suite

Mes Romans

Lanceur de pierres

De nos jours, dans la bande de Gaza, près de la frontière israélienne où ils sont venus cueillir des fraises, Salih raconte sa vie à son fils de trois ans.

Bikaf !

11 février 2011, Chahine revient à Chatila, vingt-huit ans après les massacres dont il a réchappé. Gaëlle, sa petite amie, l’accompagne.

Les yeux de Nouria

Durant l'été 1947, deux adolescents palestiniens, Kalil et Nouria, survivent au massacre perpétré dans leur village. Ensemble, ils fuient la guerre...

Une rose pour Gaza

Arrêté par le Shin Bet et accusé du meurtre d'un ancien militaire, Salim est interrogé par Mark, un ami Israélien perdu de vue depuis plusieurs années.
Aylan... mort à trois ans !

Un petit garçon de trois ans est mort cette semaine... noyé dans les flots noirs de la Méditerranée

Il s'appelait Aylan.

Comme nous nous, il avait un père, une mère, un frère (tous deux morts noyés à ses cotés)...

Comme nous, il voulait vivre en paix...

Mais Aylan n'est pas né du bon coté de la Méditerranée. Il est né en Syrie... C'était son seul tort... comme des milliers d'autres morts dans l'anonymat et l'indifférence complète d'une Europe qui ne connait plus le sens des mots solidarités, humanisme, accueil, aide, secours...

L'extrait du mois
— C’était pas si dur que cela, tu vois !
Appuyé aux parpaings, pas encore debout, j’ai regardé en bas et avalé ma salive d’un coup. Nous étions fous et je me demandais déjà comment se ferait le voyage-retour. Et tout cela pour un maudit moulin à vent !
— T’es cinglée ! ai-je murmuré.
— C’est que dit ma mère, a souri Ilham, sans chercher à me détromper. Mais regarde !
Le pied sur les parpaings pour gagner encore quelques centimètres, elle tenait haut le jouet au bout de son bras tendu. L’image m’a fait songer à une autre, volée au détour d’un reportage à la télévision. Dans une grande ville américaine, dont j’avais oublié le nom, pleine de gratte-ciels (dont la hauteur dépassait largement celle de la maison que nous venions de conquérir), une statue grise mimait le geste de mon amie. À la différence près qu’une couronne ceignait son front au lieu d’un léger foulard blanc qui avait tendance à se dénouer après tant d’efforts. Et qu’elle ne tenait pas un flambeau mais un moulin à vent avec ses étoiles tournant paresseusement sur leur axe à la faveur d’une brise marine imperceptible dans la rue, mais bel et bien là, une fois sur les toits. Oui, cela valait le coup. Et pas seulement pour le spectacle de ces étoiles de papier retrouvant vie. Si je n’avais pas quitté l’école si tôt, ou si une crosse de M16 ne m’avait pas fendu le crâne six ans plus tôt, j’aurais pu me souvenir du nom de cette ville et de cette femme tout en pierre qui m’avaient fasciné un jour de convalescence tandis que la télévision était mon seul loisir.
— Quoi ? s’est inquiétée soudain Ilham. T’as l’air bizarre.
Je me suis rendu compte que je la fixais avec un sourire niais. Et je n’ai pas osé lui expliquer à quoi elle m’avait soudain fait songer. Elle n’aurait pas compris, croyais-je alors.

Le lanceur de pierres
Cet extrait vous a plu ? Lisez le chapitre entier !